Avantages et privilèges ... ceux des autres !

Publié le par whybec


J'ai reçu aujourd'hui un fichier .pps, censé me scandaliser ...

Ce diaporama présente les « avantages » d'un chauffeur de TGV.

Certes, d'un coup, on aurait bien envie de leur mettre un poing dans la figure après un tel diaporama, et pourtant...

Par delà l'effet « choc » de cette présentation, s'appuyant certes sur des vérités (je n'ai pourtant aucun moyen d'attester la véracité de ces dires), voici le genre de truc qui permet surtout de ne pas regarder là il faudrait ...

Primo, la SNCF ce n'est pas que des chauffeurs de TGV. Ces chauffeurs sont même très minoritaires à la SNCF : ils ne représentent même pas 0,3 % des travailleurs de la SNCF.

Quant aux primes versées par l'Etat, le diaporama ne dit pas qu'il s'agit surtout de la volonté de l'Etat à conserver un monopole national du rail , qui permet entre autre, de vendre des contrats internationaux, rapportant 100 fois plus à l'Etat que sa mise de départ : les primes (création d'emplois sur le secteur PRIVE entre autre...). A titre d'exemple, l'empereur Sarko est entrain de négocier un TGV français pour le Maroc http://fr.news.yahoo.com/fc/maroc.html

Alors ce genre de truc ... facile ... en plein dans la politique spectacle qui dresse les foules les unes contres les autres. Le procédé de diffuser ce genre de « grandes vérités » est le même que les morsures des chiens de catégories 1 ou 2, cad parler des 5 cas annuels, quand il y existe 145 autres morsures mortelles par an ... et par d'autres chiens !

Mais j'en conviens totalement, au sein d'une France où le smicard va trimer toute sa vie sans aucun avantage, ne pas pouvoir se rendre à son travail ou ailleurs parce des grèves de TGV, c'est passablement les boules...

Maintenant ... savez vous combien touche un pilote de ligne ? Le corps militaire ? Un Commissaire de police ? Un simple flic ? Son âge de retraite ? Un député ? Un sénateur ? Leurs avantages ? Je ne pense pas ... Et l'effet choc des chiffres se rapportant à ces questions, ainsi que l'énumération de leurs avantages (privilèges ?) vous feraient pâlir ou feraient devenir terroriste !

On pourrait en effet, comme le propose le gouvernement, niveler tout le monde par le bas. Tout le monde, sauf bien entendu, les fonctionnaires du gouvernement, et ses financeurs industriels, qui eux se nivellent par le haut, avec l'argent des français. En effet, eux bénéficient d'autres « grandes réformes », mais toujours à leur avantage ! J'ai entendu dernièrement deux personnes, en deux points géographiques différents, dire qu'il était temps d'opérer des réformes. Soit. Jospin fut le premier a se frotter à ces régimes spéciaux et à s'y friter ... Tord ou raison d'avoir reculé, rappelons quand même que nous sommes en démocratie, et qu'il n'est peut-être pas exemplaire d'utiliser la corruption pour obliger les syndicats à faiblir (je crois qu'avec l'affaire du MEDEF, on a bien compris comment le gouvernement fait passer ses « grandes réformes » ...). Personnellement, je ne veux pas de cette France là. Apparemment, cela ne choque personne...

Et que dire de ce gouvernement qui continue de favoriser une population tirant les bénéfices de la plus grande injustice qu'il soit, celle d'être bien né ? Celle de posséder un patrimoine, des capitaux, rien qu'en respirant ? Que dire d'un gouvernement qui scande aux autres : « travaillez plus pour gagner plus » !!!! Cela sonne un peu comme une injure pour ces autres ... Mais les privilégiés ne bronchent pas et seraient bien stupides de ne pas profiter de ce qu'ils sont et ont. Juste pourvu qu'on ne touche jamais à leurs privilèges, à eux. Et c'est ce que se dit chaque français qui a la chance de profiter d'avantages, juste ou injustes... en se disant que de toute façon, s'ils les refusaient, ce n'est pas les plus désavantageux qui en profiteraient ... Et en effet, ils n'ont pas tord : le gouvernement a bien d'autres projets pour ces pseudo « économies » réalisées ... Quand à cette urgence d'économie et à ces fameuses « réformes », que dire d'un gouvernement qui sert à tous les repas des « chiens écrasés », pour proposer des projets de loi inutiles et dépourvus d'intérêt, et surtout, hors de prix... Donc, je leur ai demandé, à mes deux interlocuteurs, quelles étaient les réformes nécessaires que Sarko avait "enfin" faites. La première personne a rit, estimant qu'il était de mauvaise foi de ma part de poser cette question, l'autre a réfléchi et m'a dit « je n'en ai pas en tête, mais tout le monde le sait ». Mouais ... Pourtant des réformes, en effet, il en faudrait et il n'y a pas à réfléchir sur celles qu'il est pourtant urgent détablir ... !

S'attaquer à des privilèges ? En effet, il est temps de faire quelque chose. Maintenant, que la France demande des comptes au gouvernement sur les économies faites ! Parler des avantages de la SNCF, certes, je suis pour, mais alors, parlons des autres, et surtout de ceux qui coûtent réellement une fortune aux contribuables ... Après, on parlera des profs, que tous le monde jalouse, de la SNCF, RATP... Une France qui jalouse des temps de vacance par exemple, mais qui crache sur les 35 heures et les RTT... Une France envieuse de tout, des salaires des uns et des autres, mais qui a choisi une promesse de réduction d'impôts, qui ne concernait pourtant pas la France moyenne (et ce fut bien annoncé dans le programme de Sarko...), quand tous les autres de l'opposition, droite ou gauche, proposaient une hausse des salaires... Une france bien paradoxale dans ses frustrations, mécontentements, jalousies. Une France qui n'a pas bronché quand Sarko a multiplié par 10 les avantages des députés (fonction publique, je vous le rappelle ...), quand Sarko a acheté les députés. La France ne bouge pas plus quand un gouvernement instaure la délation, l'obligation, comme lors de Vichy, d'une traque administrative, les arrestations dans les écoles, les contrôles ADN (une fortune colossale en terme de dépenses !) et tout ceci en prime, coûte encore beaucoup aux contribuables ... Il semblerait que la France accepte mieux des dépenses quand elles sont mises au service des repressions, aux services d'expulsions, d'arrestations, que quand il s'agit d'améliorier des conditions de vie ... C'est vraiment triste ... Etrange mentalité que celle que je découvre depuis que je m'interesse, parfois malgré moi-même, aux choses de la politique de ce pays ... des droits de l'homme. Je m'étonne moins à présent de croiser dans ma vie, dans ce pays, des gens aux tendances plutôt agressives, aigries, ou dépressives. C'est triste de voir comment un gourvernement enfonce la déprime nationale, et la réoriente pour le profit d'une poignée de verreux.

Que dire aussi des avantages des agriculteurs, qui à partir du moment où ils sont nés dans une famille d'agriculteurs, n'ont plus besoin d'obtenir les diplômes nécessaires pour posséder une exploitation ? Certes ils sont endettés à vie, mais qui ne l'est pas dés lors qu'il n'est pas héritier ? [Et les agriculteurs représentent la tranche de la population possédant le plus gros patrimoine... par héritage ...]. Voici bien le seul métier, avec celui de « Roi », où le lien du sang transmet le savoir ! Que dire de leurs avantages en nature, des monstrueuses primes de l'état, soit notre argent, de leur prise en charge durant les études, de la gratuité de tellement de choses ! Que dire du nombre de gueuletons auxquels ils sont conviés, entre les assurances, les fournisseurs, les vétérinaires, les banques ... Que dire du fait qu'ils ne paient pas de loyer et que la plus grande part des dépenses de tous les foyers français, comme l'essence, les assurances, l'eau, l'électricité, passent dans leurs charges ... ? Que dire de ces gens qui jettent de la viande devant les caméras, le lait, les légumes, quand il est estimé à 7 millions le nombre de français vivant en dessous du seuil de pauvreté, et dont la moitié n'a pas de quoi se nourrir ? Mais les médias ne s'intéressent pas « encore » à cette tranche de population, parce qu'elle représente un électorat largement conséquent ... Alors oui, mon énumération « choc » peut hérisser le poils ... et pourtant, quand un agriculteur jette avec colère ces denrées, c'est bien pour dénoncer toute une aberration d'un système de consommation, toutes les filiales intermédiaires etc ... et ce sont ces procédés qui justifient directement ce système de primes monstrueuses qui leur est versées ! L'agriculteur n'est pas celui qui tire les bénéfices de sa production ! Il pourrait, sans le statut officiel, être comparé d'avantage à un fonctionnaire rémunéré par l'état, qu'à un chef d'entreprise. Sauf que sa rémunération dépend quand même de sa production et qu'il n'a aucune protection d'emploi ! ... Curieux système, pas toujours envieux, sauf quand on est un héritier ... Mais un système injuste dans toutes ses largeurs, quand on ne l'est pas ... ! Et puis ... quand un agriculteur picole ou se flingue dans sa campagne, parce qu'il subit un isolement sans pareil, c'est sous le regard indifférent de la France entière.

Mais le jour où l'Etat voudra taper dans le sac de ces "privilèges", il aura tous les arguments pour rendre ces agriculteurs détestables, comme on déteste ceux de la SNCF aujourd'hui, en parlant des chauffeurs de TGV ou de la prime de charbon ! La comparaison peut être faite quand on se scandalise de ces grèves qui défendent des avantages, quand des milions de gens travaillent plus longtemps, parfois plus durement et à moindre rémunération, on peut tout autant se scandaliser des ces gens qui jettent de la nourriture, ne paient pas de loyer ni de frais courant, pompent la plus grande partie des subventions ... l'énumération des avantages fait l'impasse sur les explications de tels "privilèges" ... mais cela semble être ce que veut la France !

J'ai beau regarder la télévision, et parler avec quelques uns de l'affaire EADS, j'entends régulièrement « de toute façon ils sont tous pourris »... Je ne vois personne broncher sur le fait qu'un gouvernement puisse jouer au poker avec des sommes colossales, l'argent des impôts, acheter des actions déficitaires pour sauver le chiffre d'affaire d'un copain du président ... je ne vois personne demander une démission, ou même une de ces fameuses réformes, qui empêcherait de tels procédés. Je ne vois personne véritablement informé du coût que représente cette poudre au yeux, ces fameuses réformes si nécessaires, parce que la France s'en fout, ce qu'elle veut, c'est du grand spectacle, et qu'on lui donne des putching-ball pour défouler ses aigreurs d'estomac. Ce que l'Etat gaspille du fait de conflits d'intérêt, et qui représente des sommes astronomiques, la France s'en désintéresse. Pourtant l'information est connue de tous, pas très compliquée à comprendre, et les médias tentent même parfois de « faire revenir » sur terre cette France qui préfère s'envier les uns les autres. Cette France qui a abandonné ce qui a fait une des forces de ce pays : la solidarité nationale.

En fait, ce texte matinal n'a rien d'un texte solidaire avec les manifestations ! L'abolition de privilèges injustifiés, je suis pour ... mais que dire quand l'état dépense le double dans des réformes poudre aux yeux ... cette réforme n'amortira pas la moitié du gaspillage de l'Etat de ces six derniers mois ... c'est vraiment se fouttre du monde d'en faire un tel tapage, et de présenter, aprés les immigrés, les "profiteurs d'avantages" comme responsables du malheur des autres ... Je fais bien partie de ces français qui auraient des raison d'être envieux parce que sans privilège justement.

S'il y a bien une caractéristique propre à la France, c'est bien sa mentalité de « privilèges », de rentiers (tel est notre surnom en dehors de nos frontières, « les rentiers »). Ce qui me désole, c'est bien cette France prête à lapider les avantages des autres, et qui refuse de considérer les siens. Ce qu'il aurait été préférable, c'est que le gouvernement demande une étude des avantages de tous les corps de métiers (au lieu de commander des méthodes de calcul archi faussés pour des taux à taire ...). Cela aurait permi une redistribution des compensations, et non plus des "avantages", de façon plus juste. Cela aurait permi aussi des suppressions de privilèges totalement injustifiés. Seulement, cela demande de la solidarité, un travail constructif, une sérénité. C'est-à-dire autant d'ingrédients dont le gouvernement ne pourra jamais tirer le moindre bénéfice, dans son art de dresser les gens les uns contres les autres. C'est-à-dire aussi, obliger CHAQUE profession à considérer ses propres avantages et à les remettre en cause ... ce que la vieille France des privilèges n'est certainement pas prête à faire ! Il est bien plus confortable de charger les avantages des autres, plutôt que de considérer les siens ! La SNCF ne fait rien de plus que ce que la France entière fait : s'accrocher à ses privilèges !

Je ne gagne pas des masses ma vie, j'ai du mal à joindre les deux bouts, travaille dans l'univers des CDI depuis l'âge de 19 ans (et je ne parle pas de travail pour mes vacances scolaires, ou autres « jobs d'étudiants »), je n'ai pas pu faire les études que j'aurai voulu faire, du fait d'une « mauvaise » chance de naissance (pour résumer). Je ne me plains pas, parce que ce que j'ai, c'est déjà ça, et c'est à moi d'en faire quelque chose. Ce que je sais surtout, c'est que le fait de supprimer les avantages « des autres » n'arrangera en rien à ma condition, ni celle de mon voisin, ni à celle des gens qui triment à l'usine. J'ai jeté ma carte d'électeur, geste symbolique sans aucune répercussion, parce que mon vote ne changera rien ni pour « moi » ni pour les autres. Je ne suis surtout pas certaine d'avoir envie de m'opposer à une France qui pourrait au moins être contente d'une chose : manger à pleine bouche ce pour qui et ce pour quoi elle a voté. Si ce n'était pas le cas, alors que l'on m'explique ce qu'il s'est passé... J'ai pourtant l'impression en écoutant les gens, que si les élections étaient à refaire, les aigreurs restent les mêmes, les jalousies toujours aussi fortes, et que les résultats des élections seraient les mêmes. Alors, de quoi se plaint encore la France ? Elle va l'avoir sa réforme à propos de la SNCF, des profs, et elle pourra même râler sur d'autres corps de métiers, parce que le gouvernement ira taper ailleurs, puisque sa gestion de ces économies ne profite pas aux français dans sa globalité !

Fin bref, soyez vous aussi choqué par les avantages de la SNCF, voici le diaporama (je voudrai trouver les mêmes pour l'armée, les agriculteurs, la police, les politiciens, les abeilles, les chats, les fourmi ...) :

http://magrocodeal.free.fr/blog/

(cliquez sur le fichier .pps)

Publié dans Du politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article